Expatriation : Malte, mon expérience

Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours souhaité aller tenter l’aventure de l’expatriation pendant quelques temps. C’est donc tout naturellement que lorsque la question de savoir où est-ce que j’effectuerai mon stage de L3 à l’université s’est posée, j’ai commencé par regarder en dehors de l’hexagone. Je savais que je voulais partir dans un pays anglo-saxon, c’est une nouvelle fois assez naturellement que je me suis tournée dans un premier temps vers le Royaume-Uni. En effet, la grande amoureuse de Londres que je suis avait vu là une opportunité de découvrir la ville une nouvelle fois et de façon plus permanente. Cependant, vous en doutez vu le titre de cet article, ce n’est pas à Londres que j’ai posé mes valises mais bien à Malte. Aujourd’hui je vous emmène avec moi à travers mon aventure de trois mois sur cette si jolie île, laissez-moi vous conter mes bons comme mes moins bons moments dans ce pays, qui resteront de bons souvenirs.

Mes premiers pas

Je suis partie à Malte dans le cadre d’un stage professionnel ayant pour but de valider ma licence mais également de nous faire découvrir le monde du travail. Alors même si cela faisait déjà deux ans que je travaillais en plus de mes études, ce stage a réellement été révélateur pour moi. J’ai travaillé trois mois dans une enseigne de papeterie où j’étais à la base partie pour faire du marketing et de la communication pour les différents points de vente de l’île. Les premiers jours ont été calmes, j’étais en collocation avec une amie et nous avons pris le temps de découvrir l’appartement et d’y prendre nos marques et enfin d’aller visiter les alentours. 

Notre logement

Concernant notre logement nous avions fait le choix de prendre une collocation à trois car au tout début nous devions partir avec une autre copine ce qui ne s’est finalement pas fait. Cependant malgré cela, nous souhaitions avoir notre propre logement. Les recherches ont été longues, nous avons tout d’abord commencé à chercher sur les groupes Facebook puis sur les sites immobiliers maltais, mais le problème restait le même : nous n’étions pas sur place pour visiter et déposer une caution. La tâche s’annonçait plus difficile que prévue. Finalement, nous avons été contacté par un agent immobilier via un des groupes Facebook sur lequel nous étions inscrites et nous devions bien avouer qu’il nous avait trouvé une vraie pépite. L’appartement était lumineux et spacieux, c’est tout ce que nous voulions ! C’est donc à seulement trois semaines d’arriver que nous avons réussi à trouver notre chez nous qui était situé à Marsaskala dans le sud de l’île. Avec le recul sa situation géographique était loin d’être l’idéal, on était excentré des grandes villes et les trajets en transport étaient longs, mais on a eu une chance incroyable d’avoir un si bel appartement et ça on ne le regrette pas ! 

Conseil logement : Que vous soyez en vacances ou bien que vous partiez y vivre, le mieux est de loger près de Sliema. 

Comment trouver un stage à Malte ?

La question qui m’a souvent été posée à été la façon dont j’avais trouvé mon stage. Ce qu’il faut savoir c’est qu’à Malte, les entreprises n’ont pas l’obligation de rémunérer les stagiaires. C’est un point non négligeable lorsque l’on décide de partir à l’étranger, cependant il arrive que dans certains cas ces entreprises acceptent de nous rémunérer et ce fut mon cas. J’ai eu la chance de tomber dans une entreprise tenue par des français et donc qui connaissaient la réglementation en France. J’ai pu toucher une rémunération de 200 € par mois durant les trois mois ce qui m’a bien aidé pour payer la nourriture ou même mes sorties. Mais cette entreprise, comment je l’ai trouvé ? Et bien là encore Facebook à été mon meilleur ami ! Après avoir envoyé plusieurs candidatures spontanées sans retour, j’ai décidé de mettre un post sur les différents groupes Facebook des français à Malte. Une semaine plus tard, ma convention était signée, mon billet d’avion réservé, la grande aventure pouvait commencer !  

Malte, trois mois après, mon bilan ?

Pour une première expatriation à courte durée, Malte à été une bonne décision. C’est l’une des expériences les plus enrichissantes de ma vie pour plusieurs raisons. J’ai pu pratiquer l’anglais tous les jours et découvrir la vie professionnelle dans un pays qui n’était pas le mien. C’était également la première fois que je partais loin de mes proches aussi longtemps et seule. Cela a été un vrai challenge pour moi étant très famille et je dois dire que cela n’a pas été facile tous les jours. Des pleurs et un sentiment de manque qui étaient bien présents, mais aujourd’hui c’est une petite victoire pour moi d’avoir réussi à rester les trois mois prévus. Partir à Malte ça m’a aussi appris à vivre en collocation avec celle qui est devenue l’une de mes plus proches amies, que j’embrasse si elle passe par là ! Pour autant, toutes les aventures ne sont pas toutes roses vous vous en doutez, et si Malte une bonne décision géographique, l’île était petite, peut-être trop petite pour la parisienne que je suis et si le premier mois nous avons trouvé des tonnes de choses à faire, nous étions contentes de rentrer et retrouver nos bonnes vieilles région parisienne. J’ai eu ce sentiment d’étouffer sur une île si petite. C’est pourquoi aujourd’hui je recommanderai Malte pour des vacances pour les personnes qui comme moi ont toujours besoin de nouveauté. Malte restera l’une de mes plus belles aventures, je conseille à tout le monde de vivre au moins une fois à l’étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *