Adopter un chien : mon expérience

Si vous ne le savez pas encore, l’étudiante que je suis habite toujours chez mes parents. Et chez moi, c’est un peu la maison des animaux. J’ai la chance d’avoir eu des parents très ouverts et qui ont laissé l’amoureux des animaux que je suis en adopter au fil des années. Grâce à eux, j’ai pu avoir deux oiseaux exotiques pendant plusieurs années, mais aussi deux hamster puis deux cochons d’inde, un pogona et enfin un lapin que nous avons recueilli. Si vous demandez à mes amis, je suis Miss Animaux, leur présence apporte tellement. Vous vous en doutez, mes parents sont aussi fondus que moi pour ces petites bêtes, si bien que depuis dix ans nous avons également un chat et que depuis plus d’années nous avons eu des chiens. Mon premier chien était un Golden Retriever, ma Chipie, que nous avons gardé 12 belles années. Puis est arrivée Irka, une Dogue de Bordeaux qui a fait fondre nos cœurs, mais qui suite à une maladie nous a quitté à l’âge de quatre ans. Cela a été un peu comme un coup de massue, nous ne nous y attendions pas et c’est arrivé du jour au lendemain. Suite à cela, nous n’étions pas prêts pour reprendre un chien, ni aucun autre animal d’ailleurs. Ma maman avait ses tortues, et nous avions notre chat. Après une dizaine d’année a être entouré de toutes sortes d’animaux au fil des ans, la maison paraissait bien vide mais la tristesse était bien trop forte pour imaginer accueillir un chiot dans de bonnes conditions. Et puis, quelques mois plus tard, en me baladant sur Facebook, je suis tombée sur l’annonce d’une personne qui donnait un chien d’un an, un Cane Corso. Un coup d’œil à la photo et une fois encore, mon cœur à succombé à cette bouille craquante. 

Adopter un chien ? Notre cheminement

Avant toute chose, après on avoir discuté avec mes parents et mon frère nous avons échangé avec la personne qui donnait ce chien. Sur l’annonce, la raison n’était pas spécifiée, le caractère du Cane Corso n’ont plus. C’était une première pour nous qui avions toujours eu des chiots jusqu’à présent, nous étions un petit peu réticents et l’appréhension était bien présente. Mais parce qu’on ne souhaitait pas s’arrêter à des idées reçues, que nous étions tous les quatre adultes et habitués aux chiens, et qu’après avoir discuté avec la personne nous avions appris que la raison de ce don était un problème familiale, nous sommes allés rencontrer ce toutou chez lui. 

Un arrivant chez les personnes qui donnait le loulou, nous avons été face à un chien très peureux et qui une fois séparé des autres chiens, est resté couché dans son panier sans vouloir nous approcher. Ça a été un peu une douche froide pour nous, on s’imaginait à tord qu’en arrivant le feeling serait immédiat et qu’aucun doute ne serait permis. Alors avec la famille nous avons décidé de laisser rentrer les autres chiens pour qu’il soit plus à l’aise, et là, la révélation ! Ce toutou si peureux, s’est tout à coup mis à courir et jouer avec les autres. Un Cane Corso d’un an qui était vous vous en doutez vu la race déjà bien grand. Après avoir passer un bout de temps avec la famille, il nous propose de faire un essai et de ramener le loulou chez nous pour une première nuit. Nous fêtions les 18 ans de mon frère le week-end d’après et recevions des amis à coucher chez nous, cette option était donc la meilleure solution dans un premier temps. 

La première nuit…

Ce fut une aventure ne serait-ce que de le faire monter dans la voiture. Il était sans surprise très stressé de quitter sa maison, en sachant qu’il n’était là-bas que depuis quelques temps. En effet, il était avant chez son propriétaire initial qui ne pouvait donc plus le garder. Mais à notre grand étonnement, une fois arrivé chez nous et après quelques minutes à essayer de jouer avec dans le jardin, il s’est détendu et à commencer à prendre ses marques. La nuit se passa sans encombre, et le lendemain matin, le charme avait opéré. Nous ne voulions plus le ramener, dans nos têtes il était déjà de la famille. On savait que l’aventure ne faisait que commencer et que notre comportement devrait être différent qu’avec nos autres chiens, mais nous voulions tenter l’expérience et offrir une famille à ce chien qui ne demandait que ça. Comme nous ne pouvions pas le prendre tout de suite, ne connaissant pas son caractère et ses réactions face à des enfants, nous avons conclu avec la propriétaire que nous reviendrons le chercher une semaine plus tard, après l’anniversaire de mon frère. 

Kurt est entré dans notre vie

Kurt est entré dans nos vies en juin 2018. Depuis ce jour c’est un amour de chien qui partage notre quotidien. Les débuts ont été un peu compliqué, avec des habitudes à prendre pour lui comme pour nous. Il était très peureux, ne voulait approcher personne lorsque nous recevions du monde à la maison. Il ne voulait pas non plus aller dans le jardin seul la journée. Mais tout cela n’était rien comparé à la dose de bonheur qu’il nous apporte depuis, ce gros nounours a su trouver sa place parmi nous. 

kurt

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, Kurt est toujours un chien peureux. Je pense qu’on ne pourra pas changer cela malgré qu’il est fait de très gros progrès. Il a une taille imposante mais c’est un vrai chien d’intérieur. Les promenades sont parfois de vrais obstacles car certains bruits extérieurs l’effraient toujours mais petit à petit il fait son chemin. Nous avons quant à nous découvert une race exceptionnelle, c’est un chien intelligent et très proche de sa famille. Un brin gourmand lorsque l’odeur du fromage se fait sentir, et très joueur dans le quotidien. Nous ne regrettons pour rien au monde d’avoir adopter notre loulou et nous remercions encore aujourd’hui la famille qui a accepté de nous le confier, ils ont fait plus d’un heureux ! 

L’adoption, pour ou contre ?

Vous vous en doutez, ma réponde est bien évidemment que je suis pour. Cependant, ce n’est pas une action à prendre à la légère. Dans notre cas, nous avons décidé d’adopter un Cane Corso, qui est une race bien particulière qui ne conviendrait pas à tout le monde et que nous ne conseillerions pas à deux familles n’ayant jamais eu de chien. Kurt est un chien adorable mais qui peut vite prendre le dessus si nous ne lui tenons pas tête. Adopter un chien ce n’est pas seulement décider d’agrandir la famille, c’est accepter d’ouvrir sa maison à un animal qui a parfois un passif avec lequel on doit s’habituer. Je vous conseille de vous rendre en refuge, les personnes sur place pourront vous renseigner et vous conseiller. De plus, elles pourront vous aider à trouver un animal qui vous correspondra et qui pourra s’épanouir dans votre mode de vie. Pour le petit mot de la fin, je tiens à préciser qu’un animal n’est pas un jouet, que c’est une responsabilité énorme et que c’est à vie. Réfléchissez bien avant de vous décider, avoir la vie d’un être entre les mains c’est important pour vous mais surtout pour lui. Et si votre action est réfléchie, que vous préfériez acheter ou adopter, l’amour que vous rendra c’est petites bêtes vous fera oublier tout le reste ! 

Avez-vous des animaux à la maison ? Une expérience de l’adoption ? Racontez-moi !

Cécilia

2 thoughts on “Adopter un chien : mon expérience

  • J’aimerais beaucoup avoir un deuxième chien et je pense à l’adoption mais c’est vrai qu’il faut comprendre que ce n’est pas le chemin le plus facile même si c’est celui que je veux emprunter !

    • L’adoption est une aventure géniale mais en effet à bien réfléchir, ces petites bêtes ont parfois un lourd passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *